Energie Hydrolienne : un secteur où la France fait office de précurseur

La France est en grande partie entourée d’eau. De la manche à la Méditerranée en passant par l’océan atlantique les étendues de mer ne manquent pas en France. Seul l’est et une partie du sud de la France ne sont pas limitrophes avec une mer. Outre la possibilité de profiter de plage, de pêcher et de pouvoir construire des ports, la mer est également une source d’énergie que l’on commence à peine à exploiter. La technique principale est l’hydrolienne. Au mois de mai, la France a inauguré sa seconde hydrolienne. Cela peut paraître faible, pourtant, la France est à la pointe dans ce secteur.

Hydro quoi ?

Une hydrolienne est une turbine hydraulique récupérant l’énergie cinétique provenant des courants marins pour la transformer en électricité. On peut comparer une hydrolienne à une sorte d’éolienne sous-marine. Sauf que l’hélice géante de l’hydrolienne ne tourner pas grâce au vent, mais par l’action des courants marins. Ce mouvement de l’hélice va créer une énergie cinétique qui va être transformée par la suite en électricité.

Il s’agit d’une forme de production d’électricité totalement propre et renouvelable. En effet, aucune pollution n’est dégagée et les courants marins sont inépuisables.

Avantages et inconvénients

Commençons par évoquer les inconvénients. L’hydrolienne étant placée sous l’eau de mer, elle nécessite un entretien régulier et complet pour éviter qu’elle ne soit attaquée par le sel, l’eau ou envahie par les algues. De même, le sable peut causer une érosion des matériaux de l’hydrolienne. Le véritable inconvénient des hydroliennes est donc leur entretien. En plus, tout devient plus compliqué sous l’eau qu’à l’air libre. Un autre problème évoqué, mais pas encore réellement vérifié serait l’impact négatif sur la sédimentation et le courant qui aurait un effet sur la faune et la flore située en aval. Difficile pour le moment de calculer cet impact, qui pourrait éventuellement concerner les grands parcs à hydroliennes.

Au niveau des avantages, il faut souligner une nouvelle fois qu’il s’agit d’une source d’énergie propre. Comparées aux éoliennes, les hydroliennes sont nettement plus petites pour une puissance similaire. Cela est dû à la masse volumique de l’eau largement supérieure à celle de l’eau. De plus, étant située sous l’eau, ces hydroliennes ne gâchent pas le paysage et ne gênent pas par leur bruit. Contrairement au vent, les courants marins sont relativement réguliers et prévisibles et ils représentent un potentiel énorme.

LA solution parfaite n’existe pas (encore), mais les hydroliennes sont particulièrement intéressantes et il est important de continuer la recherche et le développement dans ce secteur.

Et de deux !

Une seconde hydrolienne vient d’être installée en France. Non loin de la première située au large de l’île de Bréhat en Bretagne, cette seconde hydrolienne fait également partie du parc pilote EDF Energies Nouvelles.

Inaugurée le 13 mai, elle possède un diamètre de 16 mètres. Ces deux hydroliennes immergées à 40 mètres de profondeur forment donc la première ferme hydrolienne expérimentale au monde. Elles sont toutes les deux raccordées au réseau électrique français via EDF.

Ces deux hydroliennes devraient dégager une puissance de 1 MW permettant d’alimenter une ville de plus de 1 500 foyers. Cela peut paraître faible, mais encore une fois nous n’en sommes qu’au début et la bonne nouvelle c’est que la France est à la pointe. Elles seront fonctionnelles dès cet été.

La France n’est pas la seule à s’intéresser à cette nouvelle forme d’énergie, puisque de nombreux autres projets sont en développement dans le monde. Bien sûr, les pays disposants de grandes surfaces de mer sont avantagés, bien que la puissance des courants diffère selon les zones du globe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *